La légalisation des jeux d’argent en ligne en Europe

La question de la réforme des casinos en ligne est encore d’actualité en France tandis que les autres pays européens progressent vers la légalisation des jeux d’argent en ligne. Aucun pays ne veut rater le train en marche en Europe. C’est à croire que nous sommes dans le continent berceau des jeux d’argent et des paris virtuels. Voici la situation actuelle dans les autres pays européens concernant les casinos en ligne.

La progression de la légalisation des casinos en ligne en Allemagne

Il faut dire que l’Allemagne n’est pas très coopérative. En effet, l’État allemand ne se rallie pas aux autres pays dans la ratification du projet de loi en ce qui concerne la légalisation des jeux d’argent et des paris en ligne. Les Allemands ne sont donc pas encore prêts à jouer dans les établissements de jeux en ligne, non plus à parier dans les sites web de paris sportifs de si tôt. Toutefois, l’État de Schleswig-Holstein a décidé d’attribuer les licences d’autorisation aux opérateurs de ce marché en ligne après l’expiration en janvier 2012 du traité de jeux d’argent virtuel. Les intéressés devront déboursés à partir de 15 000 euros jusqu’à 150 000 euros pour obtenir cette fameuse licence.

L’importante progression de Danemark en matière de législation des casinos en ligne

Vu les faits, Danemark a pris beaucoup d’avance par rapport à d’autres pays comme l’Allemagne ces derniers temps. Le bureau de régulation des paris et jeux d’argent en ligne de ce pays remarque beaucoup d’enthousiasme de la part des opérateurs. Une bonne quarantaine de sociétés de jeux ont déjà déposé leur candidature dans le but d’acquérir la licence d’autorisation. Ces licences sont 68 en tout. Ces 43 candidats sont très diversifiés. Il y en a qui veulent mettre en ligne des casinos virtuels, d’autres veulent lancer des affaires dans le domaine des paris et poker virtuels.

La Grèce perd la partie

Les opérateurs de casinos en ligne ne sont pas prêts de voir la libéralisation de ce marché d’ici l’année 2012 pour le cas de la Grèce. En effet, l’opération de la vente de 34% de l’OPAP ne se fera pas d’ici l’année prochaine a déclaré le gouvernement local. D’ici là, le domaine des jeux d’argent virtuels et des paris en ligne sera encore public donc. Il faut dire que la vente de licences aux entreprises de jeux a remporté beaucoup d’argent aux caisses de l’État italien jusqu’à maintenant. Cette vente de l’OPAP ne pourra être que bénéfique pour lui.